Depuis près d’une décennie, initiée dans le cadre de programme et gestion, de préservation et de valorisation des ressources naturelle avec l’UICN, l’apiculture est entrain de devenir une véritable filière génératrice de revenus et d’emploi dans la zone.  On note des groupements et des individus qui évoluent dans le secteur avec notamment l’implantation d’unités de production Modernes qui produisent du miel de qualité à Sangako, Toubacouta, Ndiambang, moundé et djirda.

Par ailleurs il existe des producteurs  traditionnels de miel notamment au niveau du Réseau des Apiculteurs du Delta du Saloum (RADES).

Le RADS  est un Réseau qui a pour objet de :

Ø  Accroître le niveau de revenus de ses membres et trouver une alternative durable pour la conservation et la restauration des ressources du milieu,

Ø  Mettre en place et organiser des possibilités de commercialisation pour l’ensemble des produits de la ruche,

Ø  Protéger et restaurer les ressources du milieu en vue d’un développement durable.

Le RADS  est composé de 7 sections villageoises suivantes :

  • Dassilamé-Sourou,
  • Ndoumbouth-Santamba,
  •  Missirah
  • Toubacouta
  • Samé
  • Badoudou
  • Keur Aliou Gueye

Ces Structures  regroupent aussi bien des individualités et des GIE (02) et bénéficient  également de l’appui du PAPIL dans le cadre de son volet AGR.

a)        Caractéristiques générales :

L’exploitation rationnelle de l’abeille permet une production de 20 Kilos de cire par colonie sans compter les produits notamment la gelée royale. Il y a aussi l’effet positif sur la pollinisation donc sur l’arboriculture et les cultures d’une manière générale.

La demande de miel est forte sur le marché national, qui est obligé d’importer. Le marché régional est également très demandeur. L’offre est extrêmement faible par rapport à la demande ; la Création d’un miel labellisé ouvre des perspectives de développement intéressantes.

A  Kédougou, Tout le monde est apiculteur depuis des générations, d’où une très forte connaissance de cette activité. Elle est traditionnelle et souffre d’organisation et de structuration  pour devenir une activité économique à part entière.

Il y a deux périodes de récolte du miel a Kédougou (Avril Mai) ; (Juin Juillet), les GIE de la fédération croient qu’il faudra organiser l’approvisionnement du produit pour une bonne satisfaction de la demande.

b)       Organisation des acteurs :

Les acteurs de la filière sont en bonne partie constitués des exploitants individuels villageois. Cependant, d’autres producteurs tentent de s’organiser pour mieux développer l’activité dans la zone. Parmi les types d’organisation, nous distinguons les GIE et les fédérations suivant les zones de production. La fédération est constituée de GIE et/ou d’exploitants individuels, elle vise à mutualiser les efforts de production. Il existe deux principales fédérations. L’une regroupe les apiculteurs de la commune de Kédougou tandis que l’autre ceux de la communauté rurale  de Tombronkoto.

Ces deux types d’organisation bénéficient souvent d’accompagnement auprès de structures d’encadrement et d’appui au développement. On peut noter l’ANCAR, l’Association locale KEOH et les maisons familiales rurales de Tombronkoto et de Mako qui exécutent des activités de renforcement de capacités (formation, appui conseil et équipements). Le PAPIL intervient maintenant dans le secteur avec la mise à disposition des producteurs d’une vingtaine de ruches modernes pour accroître la productivité de la filière.

c)        La production :

Le secteur de l’apiculture est caractérisé par une absence criarde de données statistiques.

On peut cependant dire de façon empérique que La production des fédérations est insuffisante d’où la nécessité de développer un mode d’approvisionnement à partir des apiculteurs traditionnels  villageois qu’il faudra organiser et sensibiliser pour une récolte qui n’entachera à rien la qualité du miel.

d)  Commercialisation

La commercialisation du produit également pose problème, le circuit n’est pas organisé, mais le gros problème de la commercialisation reste le conditionnement du miel  (emballage et étiquette), l’autorisation de fabrication FRA déjà acquise peut faciliter  aux membres de la fédération de mettre les produits sur  le marché national et international.

e)  Les contraintes du secteur :

Les obstacles liés à cette activité reste la faiblesse  des moyens et équipements des acteurs, tant  au  niveau de la formation que de la logistique nécessaire pour faire un miel de qualité et  en quantité suffisante.

 

Add comment


Security code
Refresh