FAQ

Aoû
11

Agroforesterie

Le secteur de l’agroforesterie joue un rôle encore très  important dans l’économie régionale (alimentation, pharmacopée, habitat, commerce etc.).

a)         Panorama  général sur les produits agro forestiers :

1)        Les espaces de production :

Le domaine forestier est constitué de deux forêts classées, d’un parc national (le Niokolo Koba) et d’une ZIC de la Falémé (1 474 321 ha).

L’ensemble de ces massifs couvre une superficie de 689.844 ha soit 45 % de la superficie régionale. A ces massifs (forêts, parcs nationaux et ZIC) s’ajoute le domaine protégé. Les formations végétales couvrent une superficie de 15 375 soit  91% du territoire régional.

2)        Les productions actuelles et leurs potentiels :

Les produits de cueillette exploités sont variés et concernent essentiellement le pain de singe, le madd, la noix de karité, dankh, le tamarin comme le montre le graphique ci-après.

PRODUITS

QUANTITE (kg)

IMPORTANCE RELATIVE

Pain de singe

61 489

29,85%

Tamarin

26 768

13,00%

Dankh

7 200

3,50%

huile de palme

480

0,23%

Huile de Karité

230

0,11%

Nététou

11 120

5,40%

Mad

98 659

47,91%

TOTAL

205 946

100%

Source : IREF Kédougou, 2008

La région de Kédougou de par ses conditions climatiques et de son couvert végétal est une des dernières réserves forestières du pays. Les principales potentialités de la foresterie reposent sur :

Ø  D’importantes formations forestières diversifiées couvrant 91% de la superficie régionale et comprenant : 14.000 ha de forêts galeries,  1.474.321 ha de savanes boisées,  5.400 ha de steppes arborées, 1.054.000 ha de savanes arborées et 140.000 ha de savanes arbustives ;

Ø  Une bonne pluviométrie et une diversité écologique ;

Ø  La politique de décentralisation et l’adoption d’un nouveau code forestier qui responsabilise davantage les communautés dans la gestion et l’exploitation de la ressource ligneuse ;

Ø  La  prise de conscience des populations particulièrement les femmes ;

Ø  Une dynamique organisationnelle des populations principalement les femmes ;

3)        Organisation des acteurs :

La cueillette des produits forestiers est une activité plutôt réservée aux femmes. Elles tentent de s’organiser, au niveau village, pour mieux exploiter ces ressources. De ce fait, l’organisation de ce secteur se fait davantage par l’intermédiaire des organisations féminines. En effet, les GPF travaillent souvent en réseaux et se chargent de la collecte des produits cueillis dans la brousse. Suivant les exploitations, les modes d’organisation diffèrent d’une localité à une autre. C’est ainsi qu’il y a  les groupements de productrices de karité (GPK) qui sont encadrés par le PROMER dans leur système de production.

b)         L’exploitation du beurre de karité :

La noix de karité est un des produits de cueillette qui est souvent transformée tandis que les autres sont revendus en l’état par les collecteurs. Cette activité de transformation est traditionnelle mais la contribution du PROMER a hissé ce sous-secteur à un niveau très élevé dans la production nationale.

1)        Evaluation du parc à Karité dans la zone (IREF) :

Ø    Densités de 09 pieds / ha dans la Zone de Salémata,

Ø   Dynamique de peuplement plus homogène dans la zone de Salémata avec une régénération assurée; perturbation de la dynamique de peuplement dans la Zone de Saraya à cause d’un déficit d’arbres intermédiaires,

Ø   Parc à karité du pays n’est pas menacé de disparition mais il subit des agressions d’ordre anthropique, naturel et parasitaire réduisant la fructification des arbres

2)        Production :

L’activité de production de beurre de karité est assurée par une quinzaine de Groupements de femmes qui écoulent des quantités annuelles moyennes dépassant exceptionnellement 500 kg.Le karité abonde surtout entre Juin et Août correspondant au début de l’hivernage.

Avec une population actuelle de 1 million d’arbres à karité, le potentiel d’amandes sénégalaises est de l’ordre de 4000 T d’amandes pour 800 T de beurre de karité.

3)        Organisation du réseau de production/ appui PROMER :

Ø   Organisation des productrices en Groupements de Productrices de Karité (GPK) au niveau des villages et de GIE Inter GPK au niveau de la communauté rurale :

·       Inter GPK Salémata : 16 GPK

·       Inter GPK Tombronkoto : 20 GPK

Ø        Appui à la structuration et à l’animation des structures par le PROMER. Cependant, depuis  plus d’un an les activités du PROMER sont en léthargie dans la zone. L’antenne de Kédougou a été fermée mais va bientôt être réouverte.

Ø    Mise en place de normes de qualité communes applicables aux quantités commercialisées.

Ø    Appui à l’intermédiation financière : crédit Fonds de roulement individuel et collectif

4)        La commercialisation :

Le marché  du karité au Sénégal est estimé à 1.500 tonnes de beurre, principalement importée du Mali (voie ferroviaire) et accessoirement du Burkina et du Bénin.

Le marché est essentiellement urbain et artisanal, dominé par une quinzaine de grossistes contrôlant    un commerce de détail centré autour de la gare ferroviaire Dakar-Bamako et les grands marchés. Néanmoins, avec l’appui du PROMERqui intervient dans la filière depuis cinq  ans au niveau du département de Kédougou, près de 150 millions ont été tirés comme recettes en 2OO4-2OO7 par les productrices transformatrices de la région, entre autres qui ont reçu des appuis divers du PROMER, notamment sur le plan technique, commercial, organisationnel et l’intermédiation financière.

5)        Diagnostic du secteur :

6)        Les contraintes :

Les principales contraintes liées au système d’exploitation des produits de cueillette sont :

Ø  Inexistence d’infrastructures de stockage des produits,

Ø  Transformation faite par  les femmes (souvent déjà chargées  par d’autres tâches domestiques),

Ø  Production est essentiellement auto consommée ;

Ø  Période de ramassage courte

Ø  Population d’arbres dispersée sur un vaste territoire difficile d’accès avec peu d’infrastructures

Ø  Technologie de transformation encore faible et peu diffusée au niveau des femmes transformatrices

Ø  Offre de beurre de karité faible en quantité et en qualité du fait de la capacité de production  réduite et de la faiblesse du cadre associatif permettant de regrouper l’offre.

 

 

Imprimer

A.Art Studio  Copyright © 2016 Le Pays Bassari - Tous droits réservés