FAQ

Aoû
10

Tourisme

 

 

   Les potentialités touristiques

La région présente un potentiel touristique riche et varié qui est constitué par :

deDes conditions climatiques favorables de la zone côtière ;

la La présence de nombreux cours d’eau, de plages de sable clair et fin et de faibles pentes présentant un grand intérêt touristique ;

Ø  le département de Kédougou est la principale réserve de faune et de flore, avec un patrimoine culturel unique.

 

·      Une diversité faunestique et florale ;

 

·      Une polation riche en culture et en tradition ;

 

·      Un paysage remarquable ;

 

·      Une diversité etnique qui valorise la culture :Bassari, Malinké, Peul, Dialonké, Bédick, Bambara, Diakhanké et Wolof

 

Ø  le parc national national de Niokolo koba (PNNK) : 913 ha, crée en mars 1954, puis agrandi en 1969, s’étend sur la savane soudanienne et la forêt guinéenne. Arrosée par la Gambie, le Kouloumbou et le Niokol Koba, cette réserve mondiale de la Biosphère, est inscrite par l’Organisation des nations unies pour la science et la culture (UNESCO) sur sa liste des sites du Patrimoine de l’Humanité.

Les différents types de tourisme

 

Il existe 3 formes de tourisme:

Ø  La chasse sportive : est très développée dans la nouvelle région de Kédougou et se pratique au niveau des zones amodiées attribuées aux hôtels et campements qui s’activent dans ce créneau ;

Ø  Le tourisme de découverte : est orientée vers la visite des villages, de la Cascade de Dindéfélo et des marchés hebdomadaires.

Il est à noter que le tourisme de découverte est souvent associé à ces différents types de tourisme. Le tourisme rural intégré pourrait se développer aussi progressivement avec la création de petits campements villageois.

Ø  Le tourisme culturel : avec sa grande diversité ethnique et culturelle, la région de Kédougou offre plusieurs possibilités de découverte. Les manifestations culturelles en pays Bédicks (Iwol, Ethiowar, Dandé) et en pays Bassari (Ethiolo, Eganga, Koté) sont également de grandes attractions touristiques. On note à cet effet :

v    Les structures d’hébergement

La ville de Kédougou compte 7 campements, 2 hôtels et 2 résidences. L’arrondissement de Bandafassi a 1 hôtel et 10 campements. Salémata compte 5 campements, Saraya en abrite 2 et Fongolembi aucun.

v     Les contraintes de l’activité touristique

Les potentialités touristiques de la région sont réelles. Mais le secteur est confronté à des contraintes majeures que sont :

Ø  l’accès difficile de certains sites ou réceptifs touristiques c’est le cas de la Casacade, des villages de Dindéfélo, de Ségou, d’Ethiolo et d’Egangat  ;

Ø  l’insuffisance des actions de promotion commerciale de la destination ;

Ø  le manque de structures de financement des réceptifs ;

Ø  l'absence de structures d’encadrement et de formation ;

Ø  l’insuffisance des actions d’informations et de sensibilisation des populations locales sur le secteur ;

a)         Les potentialités :

La région de Kédougou dispose d’immenses potentialités touristiques encore non ou peu exploitées. L’absence de plage est largement compensée ici par d’autres potentialités touristiques : des infrastructures hôtelières, un Agenda culturel, des sites touristiques et le tourisme cynégétique dans le parc de Niokolo Koba et dans les zones amodiées.

Par ailleurs, les études que l’OMT effectue actuellement, pourront mieux de édifier sur les activités en amont et en aval  dans ce secteur. Cependant, les visites effectuées auprès des acteurs du secteur  ont permis de collecter des informations utiles dans le développement du tourisme en Pays Bassari.

b)         Les types de tourisme :

Les formes de tourisme développées dans la région tournent principalement autour des activités suivantes : tourisme de vision et Safari photo, tourisme cynégétique, tourisme culturel et de découverte.

Ø  Le tourisme de vision :

La principale potentialité en matière de tourisme de vision et de safari photo est constituée par le parc national du Niokolo-Koba. Créé par décret N° 6009 du 19.08.54, le Parc National du Niokolo-Koba couvre  aujourd’hui 913.000 ha dont une bonne partie se retrouve dans la région de Kédougou. Il est classé patrimoine mondial de biodiversité. Cette réserve est un véritable sanctuaire de la nature dans lequel on trouve de nombreuses espèces végétales et animales. D’ailleurs, avec le braconnage et la régression de leur habitat naturel (extension des surfaces cultivées), la réserve du parc constitue le dernier refuge de la faune sauvage.

Grâce à son écosystème particulier, à la diversité de sa faune sauvage et de ses paysages constitués par les savanes boisées, les galeries forestières, les reliefs et la vision panoramique du fleuve Gambie, le Parc National du Niokolo Koba offre d’énormes possibilités de développement du tourisme de vision et de safari photo. Il est l’un des plus attrayants et la plus grande réserve de l’Afrique de l’Ouest.

Ø  Le tourisme cynégétique :

La région de Kédougou est la région la plus giboyeuse du pays. Le tourisme cynégétique repose essentiellement sur une Z.I.C de 1.336.000 ha et 02 zones amodiées. La ZIC dont la principale vocation est l’exercice d’activités touristiques de chasse. N’étant pas une zone d’exclusion, les populations y pratiquent diverses activités de subsistance comme les activités agricoles, horticoles, de chasse, de pêche, de cueillette etc. Les zones amodiées relèvent du domaine forestier protégé où l’exercice du droit de chasse appartient à l’Etat qui les loue aux exploitants cynégétiques. La durée moyenne du séjour des chasseurs est généralement de 10 jours.  Les campements soutiennent surtout le tourisme cynégétique qui reçoit plus de 550 chasseurs en moyenne par an auxquels s’ajoutent les 3.000 touristes de vision dans le Niokolo Koba. Chaque campement organise des safaris touristiques à bord de véhicules bien adaptés sur le territoire de la zone amodiée.

Ø  Le tourisme culturel et de découverte :

Ce type de tourisme est essentiellement exploité à travers des manifestations culturelles et les sites historiques ou naturels. Pour les manifestations culturelles, il s’agit surtout des cérémonies initiatiques des Bassaris qui se situent en général en fin Avril et mi-mai de chaque année. A cette occasion des caravanes sont organisées depuis Dakar par certaines agences de voyage. Au niveau local cette opportunité est peu exploitée. Les sites ou monuments historiques sont principalement constitués par les sites naturels correspondent aux cascades de Dindéfélo et au mont Assirick situé à l’intérieur du Parc National Niokolo Koba.

Les sites historiques et naturels sont faiblement exploités par les professionnels locaux du tourisme. Malgré les énormes potentialités touristiques que possède la région, la promotion de la destination est quasi inexistante sinon timide.

c)         Les acteurs du tourisme/structures d’hébergement :

Tableau 6 : Tourisme/structures d’hébergement :

 

NOM

Nbre de chambres / lits

Nom du propriétaire / Gérant

 
 

1

Auberge Thomas Sankara

06 / 12

Moussa Dansokho

 

2

Campement Chez Balingo

 

 

 

3

Campement d’Oubadji

 

 

 

4

Campement de la Cascade de Dindéfélo

 

Bala TOURE

 

5

Campement d’Ibel

 

 

 

6

Campement de Salémata

 

 

 

7

Campement de Thiankoye

 

 

 

8

Campement de tourisme intégré

 

 

 

 

9

Campement Dioulabo chasse

(chasse/découverte)

10 / 20

(11 / 22)

 

Barry Cissokho

 

10

Campement le Bédick

 

 

 

11

Campement Lodge chasse

16 / 52

 

 

 

12

Campement Lodge Hyppo Safari

16 / 32

 

 

 

13

Campement Missirah Sirimana

05 / 10

 

 

 

14

Campement Moïse I

04 / 08

 

Ibrahima Diallo

 

15

Campement Moussala

05 / 10

 

 

 

16

Campement Peul d’Afia

 

 

 

17

Campement Sayansoutou

05 / 10

 

 

 

18

Campement touristique

Le Niériko

16 / 32

 

Djiby Thiam (Dioum)

 

19

Campement Touristique

Chez Moïse I

04 / 08

Djiby Bâ

 

 

Canouméring

03 / 06

 

 

21

Chez Diao

05 / 10

Monsieur Diao

 

22

Chez Léontine

 

Léontine

 

23

Chez Moïse II

07 / 14

Seydou Bâ

 

24

Chez Moulaye « Bantamba »

 

Khaim Bâ

 

25

Guelémou

 

08 / 16

 

 

 

26

Kéniéto

30 / 60

 

 

 

27

Kossanto

03 / 06

 

 

 

29

Le Bédick

(20 / 40)

Raymond Rodriguez

 

30

Le Dioulaba

 

 

 

31

Le Soninké

10 / 20

Alpha Doucouré

 

32

Relais de Kédougou

 

30 / 60

(26 / 52)

 

Madame Malaret

 

 

Le potentiel hôtelier est essentiellement composé de campement  comme l’atteste le tableau ci-dessus.

Les principaux acteurs sont composés des gérants des guides touristiques et des antiquaires.

d)         Les contraintes :

Ø  L’enclavement de la région et l’insuffisance des infrastructures touristiques,

Ø  L’absence d’une politique de promotion de la destination Kédougou,

Ø  L’absence d’une liaison aérienne régulière et  l’impraticabilité des pistes du parc national Niokolo Koba pendant la saison des pluies,

Ø  La persistance du braconnage et  le développement timide du tourisme rural intégré ;

Ø  La dégradation  croissante de l’environnement,

Ø  L’insuffisance des moyens de communication et  la faiblesse de la qualité des services,

Ø  La faiblesse de l’environnement financier et du cadre institutionnel,

Ø  La faiblesse des capacités techniques des ressources humaines ; 

Ø  L’absence d’un système d’information permanente sur les activités du sous secteur.

 

Imprimer

A.Art Studio  Copyright © 2016 Le Pays Bassari - Tous droits réservés